Quel est le rôle d’un verre correcteur ?

N’ayez crainte, nous n’allons pas vous donner un cours d’optique, ni vous replonger dans vos cours de physique. Vous faites de la photo ? La rétine, cette fine membrane qui tapisse le fond de l’œil, est l’équivalent des cellules photosensibles d’un appareil photo.

Chez quiconque présentant un trouble visuel (myopie, hypermétropie, astigmatisme), les rayons lumineux ne se réfractent pas correctement sur la rétine, l’œil n’arrive pas à produire une image nette car il n’arrive pas à faire le point. C’est là qu’interviennent les verres correcteurs. Leur rôle est de rectifier la réfraction de la lumière, pour qu’elle se fasse correctement sur la rétine.

Quels verres pour quels défauts visuels ?

Vous êtes myope ? Vous avez des difficultés à voir de loin. Votre correction visuelle nécessite des verres correcteurs concaves pour faire diverger les rayons lumineux et les focaliser au bon endroit. Plus votre correction est importante, plus la courbure du verre concave est importante, plus les verres sont épais sur le pourtour.

À l’inverse, si vous êtes hypermétrope, vous avez du mal à voir les objets rapprochés. Vos verres sont convexes pour infléchir les rayons vers l’intérieur et permettre à la lumière de converger pour corriger la vision. Plus la correction est importante, plus les verres sont épais au centre.

Vous êtes astigmate ? La lumière ne se réfléchit pas de manière uniforme sur la rétine, et les objets apparaissent déformés. Les verres sont dits toriques et leur épaisseur varie selon l’orientation de l’astigmatisme.

Vous l’aurez compris, quel que soit le défaut visuel à corriger, les verres intègrent de nombreux paramètres et sont très souvent conçus à la prescription, comme du sur-mesure. Leur conception implique une très grande précision de calcul pour optimiser la vision.

Particularité des verres progressifs

Quand vous êtes presbyte, votre besoin de correction visuelle n’est pas le même selon que vous voulez déchiffrer le panneau au loin sur la route, lire les informations sur votre téléphone ou regarder la télévision. C’est pour voir au mieux dans toutes les circonstances et avec les mêmes lunettes qu’ont été inventés les verres progressifs. Leur principe : une surface optique qui permet une augmentation douce et progressive de la puissance de correction, du haut du verre pour voir au loin, jusqu’au bas du verre pour voir de près.

Le verre combine les corrections de la presbytie et du défaut visuel s’il existe (myopie, hypermétropie ou astigmatisme), tout en gardant l’aspect d’un verre classique, sans ligne, sans démarcation. C’est une avancée technologique majeure ! Les porteurs de lunettes retrouvent une vision « normale » : ils ne jonglent pas avec différentes paires de lunettes, ne forcent ni leurs mouvements de tête, ni la position de leur regard, tout redevient naturel, comme avant.

Dans tous les cas, les verres de nos lunettes ne servent pas qu’à corriger un problème de vue. Quand l’opticien nous recommande des verres correcteurs, il se base sur la prescription de notre ophtalmologiste, mais cherche également à répondre à nos besoins spécifiques, à nos habitudes. La correction n’est qu’une des nombreuses fonctions du verre. Il permet également de protéger l’œil (des UV, de la lumière bleue potentiellement nocive, de l’éblouissement par exemple).

CE CONTENU VOUS A PLU ?
5 / 5
25 votes