La photophobie se définit par une véritable intolérance à la lumière. Et non une simple incommodité. Vous avez du mal à faire la différence ? Découvrez si vous êtes ou non photophobe grâce à notre quiz dédié.

Quelles sont les situations occasionnant une sensibilité à la lumière ?

Nous avons tous un certain degré de sensibilité à la lumière. À titre d'exemple, il est normal de ressentir une gêne en sortant d'une pièce plongée dans l'obscurité (après une séance de cinéma ou une sieste), mais aussi dans les cas suivants :

  • Lorsque la lumière du soleil est trop vive.
  • En roulant sur une route humide par temps clair.
  • En passant devant des surfaces réfléchissantes, comme un miroir en pleine rue.
  • Face aux reflets de l'eau, du sable ou de la neige.
  • Lorsque vous êtes exposé à des sources de lumière artificielle telles que les lumières fluorescentes.

Si ces situations occasionnent une gêne, mais pas de douleur, de sensation de brûlure ou de maux de tête, alors vous ne souffrez sans doute pas de photophobie.

Photophobie : à partir de quand peut-on être considéré comme photophobe ?

Au-delà d'une sensibilité à la lumière plus ou moins aiguë, il est important de reconnaître les symptômes qui doivent vous alerter. Lors de l'exposition à la lumière, si vous ressentez une douleur ou une sensation de brûlure avec un besoin irrépressible de fermer ou de plisser les yeux, si vous êtes atteint d’une sécheresse oculaire et de larmoiements plus ou moins abondants ou encore d’une inflammation, il est possible que vous souffriez bel et bien de photophobie et non d'une simple sensibilité à la lumière.

Quelles peuvent être les autres causes d'une hypersensibilité à la lumière ?

Une sensibilité naturelle à la lumière peut se transformer en photophobie pour de nombreuses raisons, par exemple, la prise de certains médicaments — comme des bêtabloquants (souvent utilisés pour les personnes souffrant de problèmes cardiaques). Une sensibilité accrue à la lumière après une opération de la cataracte est tout à fait normale, et peut n'être que passagère.

Une sécheresse oculaire peut provoquer une hypersensibilité à la lumière. Attention, si vous êtes porteur de lentilles, prenez ce signe au sérieux et allez consulter votre ophtalmologiste, vos lentilles ont peut-être un problème ou ne sont plus adaptées.

La photophobie est aussi le symptôme d’un certain nombre de maladies plus ou moins bénignes : une des plus courantes est la cataracte, liée au vieillissement naturel de l’œil, mais aussi les atteintes de la surface de l’œil comme la kératite ou la conjonctivite, enfin des affections sans rapport avec la vision, comme la méningite. Si vous ressentez en même temps d'autres symptômes tels que nausées, forts maux de tête, etc... Consultez un médecin sans tarder.

Cela étant dit, pas de panique ! Les causes sont légion, mais une fois le diagnostic posé, les solutions aussi.

Quelles solutions pour les personnes aux yeux sensibles ?

Si la lumière vive vous agresse, plusieurs solutions s'offrent à vous afin que ce trouble ne vous empoisonne plus la vie. Dans un premier temps, n'hésitez pas à utiliser des solaires, même par temps couvert ou en ville durant la période hivernale, en optant pour des verres de catégorie 2, moins foncés que les solaires traditionnels, qui vous protègent efficacement de l'éblouissement, sans vous plonger dans le noir. On peut même opter pour des verres de catégorie 1, avec une très légère teinte, pour les temps couverts et l'intérieur !

Des verres photochromiques sont une solution idéale. À l’intérieur ou la nuit, ces verres sont clairs, et ils deviennent automatiquement sombres quand ils sont exposés à la lumière directe du soleil. La couleur s’adapte en permanence à la luminosité. Plus les rayons UV seront intenses, plus les verres seront foncés. Discutez avec votre opticien de toutes les options disponibles, testez-les dans différentes situations lumineuses. Dans ce domaine, seul votre ressenti compte !

Enfin, côté régime alimentaire, une supplémentation en vitamine B2 pourrait aider à soulager une trop grande sensibilité à la lumière, ainsi que des aliments contenant naturellement de la zéaxanthine, comme les épinards, le chou vert, les brocolis, etc.


En cas de doute, n'hésitez pas à répondre à notre quiz et à consulter un ophtalmologiste afin d'en avoir le cœur net !


 

CE CONTENU VOUS A PLU ?
5 / 5
27 votes