Soleil en montagne : moins chaud, mais pas moins dangereux

La plage n’a pas le monopole des lunettes de soleil ! En effet, si vous avez prévu de dévaler les pistes d’ici quelques jours, lunettes ou masque vous seront aussi indispensables que les après-skis. En cause, l’altitude et la réverbération qui augmentent indiscutablement la luminosité : ainsi, si le sable réfléchit entre 5 et 25 % des rayons du soleil, ce taux grimpe jusqu’à 90 % pour la neige ! Ajoutez à cela l’altitude qui fait augmenter l’indice UV au fur et à mesure que la couche d’atmosphère s’amoindrit et vous obtenez les conditions idéales pour abîmer vos yeux. Deux solutions pour éviter cela : fermer les yeux (mais ce n’est pas très pratique pour skier) ou bien vous équiper !

Sports d’hiver : masque de ski ou lunettes ?

Au fil de la journée, vous allez devoir adapter votre protection : en effet, à moins d’être un sportif de haut niveau, il est probable que vous ne soyez pas sur les pistes toute la journée (le ski, ça creuse !).

Le masque de ski est la solution idéale sur les pistes, surtout par temps très froid, car il protège les yeux et évite de larmoyer. En le choisissant, prêtez bien attention aux aérations du masque pour éviter la buée créée par le choc thermique entre la température de votre visage et celle de l'extérieur. Le nec plus ultra est le masque avec double écran : une couche d'air entre les deux permet de faire isolation et d'éviter la buée.

Les masques OGT (« Over The Glasses », c'est-à-dire par-dessus les lunettes) seront vos meilleurs alliés si vous portez des lunettes de vue afin de vous offrir un excellent maintien ! Innovation intéressante à considérer également : les casques de ski à visière intégrée.

Les lunettes de soleil, si possible bien galbées pour augmenter leur fonction de protection, sont une excellente alternative, que ce soit par préférence personnelle, par temps plus doux ou une fois que vous aurez déchaussé.

Comment bien choisir son équipement ?

On met les pieds dans le plat (enfin, dans la neige) : tous les masques et lunettes ne se valent pas et certains modèles relèvent davantage du gadget que de la protection.

La couleur des visières ou des verres solaires ne permet pas de déterminer leur capacité à filtrer les rayons UV : il faut vous fier à leur matériau pour vous protéger. Pour cela, suivez la norme CE pour les masques et l'indice E-SPF (Eye-Sun Protection Factor) pour les lunettes : plus il est élevé, meilleure est la protection ! Aux sports d'hiver, l'indice E-SPF 50+ est de mise.

Les catégories, indiquées de 0 à 4, désignent l'intensité de la teinte de la visière et des verres et indiquent leur niveau de protection contre l'éblouissement. Ainsi, privilégiez une catégorie 3, voire 4 pour les jours de très forte luminosité. Les verres polarisants sont les plus performants pour distinguer les reliefs tout en réduisant la réverbération.

Pour être paré par tous les temps, il existe des masques à visière interchangeable : jaune ou orangée par temps couvert, puis brun foncé par grand soleil. Il y a aussi les visières photochromiques : leur teinte s'intensifie pour s'adapter à la luminosité. Choix tendance, mais pratique aussi, les masques à visière « miroir » : la teinte de base est peu foncée, donc confortable par temps nuageux et le reflet « miroir » protège de l'éblouissement dès qu'il fait beau.

Très sensibles, les yeux des enfants doivent faire l’objet d’une attention toute particulière : veillez à ce que la taille de la protection soit bien ajustée, y compris sur les côtés. Le rayonnement UV peut en effet abîmer durablement votre œil, avec des pathologies allant de la kératite au cancer en passant par la cataracte. Aucun risque n'est à prendre ! Une fois bien protégé, feu vert pour la piste verte, rouge, ou noire. Pour la couleur, c’est à vous... de voir !