Signaler des changements hormonaux

Toute rougeur, inflammation ou sécheresse oculaire peut être le symptôme d’un changement hormonal, par exemple la grossesse ou la pré-ménopause ! Les hormones impactent en effet le film lacrymal et la surface de l’œil.

Déceler une maladie du foie

Le jaunissement de la partie normalement blanche de l’œil peut révéler une maladie du foie, telle que l’hépatite, la cirrhose, ou la maladie de Gilbert. C’est souvent l’ophtalmologiste qui va détecter ce trouble et orienter le patient vers son médecin pour un bilan sanguin.

Avertir d’une affection thyroïdienne

Certaines affections de la thyroïde peuvent se déclarer, avec, entre autres symptômes, une exophtalmie: des yeux un peu saillants, globuleux. L'ophtalmo peut le déceler avant même d'autres signes et orienter son patient vers un spécialiste en endocrinologie pour une prise en charge coordonnée.

Alerter quant à une hypertension artérielle

Quand il pratique un examen du fond d’œil, l’ophtalmologue peut observer des modifications dans l’aspect des vaisseaux sanguins oculaires. Il peut déceler également le rétrécissement des artères du fond de l’œil, voire leur changement de couleur, signes typiques d’une hypertension artérielle chronique. A signaler qu’une hypertension bien régulée n'entraînera pas d’atteinte à la rétine.

Repérer un diabète

Le diabète de type 2 qui se manifeste par une élévation du taux de sucre dans le sang peut progresser, durant de nombreuses années, sans symptômes apparents. Il est tout de même possible de le déceler via un examen approfondi de la rétine, à partir du moment où les petits vaisseaux sanguins commencent à être endommagés. Cet examen oculaire peut également permettre de repérer un gonflement ou la présence de sang dans la macula, zone rétinienne qui joue un rôle dans la vision centrale, autres symptômes qui peuvent signaler un diabète.

Orienter vers des maladies neurologiques et auto-immunes

Certaines maladies neurologiques comme la sclérose en plaques affectent la vision, provoquant douleurs oculaires, diplopie et modifications de la sensibilité à la couleur. Avant même que le diagnostic ne soit posé, l’ophtalmologue peut observer à l’examen une inflammation et un œdème du nerf optique. Il orientera alors le patient vers un neurologue qui confirmera ou non le diagnostic via une IRM.

Par ailleurs, rougeur, douleur et inflammation de la conjonctive, une membrane qui tapisse la partie blanche de l’œil et l’intérieur des paupières, sont les signes typiques d’une uvéite. Mais ils peuvent également être le symptôme de plusieurs maladies auto-immunes telles le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde, ou encore de maladies granulomateuses, comme la sarcoïdose, la tuberculose ou la maladie de Lyme.

NB : À partir de 45 ans, il est recommandé de prendre rendez-vous chez l’ophtalmo tous les deux ans pour effectuer des contrôles visuels réguliers. Un bon réflexe à acquérir… Et à entretenir !  

CE CONTENU VOUS A PLU ?
0 / 5