À quels symptômes reconnaît-on une conjonctivite et comment les différencier ?

La conjonctivite fait rougir, larmoyer voire gonfler la paupière, tout en donnant l’envie irrépressible de se gratter l’œil... avec parfois des sécrétions purulentes.

Techniquement, il s’agit d’une inflammation de la membrane recouvrant la partie blanche de l’œil et la face interne de la paupière, sans danger pour l’acuité visuelle, mais à traiter rapidement, car elle peut se révéler, parfois, hautement contagieuse… Et elle est toujours désagréable.

Quelles sont les causes de la conjonctivite ?

Une conjonctivite peut avoir des causes très distinctes :

  • Une réaction allergique causée par les allergènes les plus courants tels que le pollen, les acariens, les poils d’animaux, des substances irritantes telles que la fumée, l'eau chlorée, le soleil, certains cosmétiques, ou encore un air pollué ou juste très sec, comme avec la climatisation.
  • La conjonctivite allergique apparaît toujours sur les deux yeux, et provoque sensation de brûlure et des picotements avec une forte envie de se gratter.
  • Une infection virale, qui peut aller du simple rhume à différentes maladies infantiles telles que la rougeole, la rubéole ou la varicelle, mais aussi à des adénovirus ou entérovirus.
  • La conjonctivite virale — la plus courante — se manifeste par des larmoiements intenses et une photophobie (douleur causée par la lumière). Elle commence, le plus souvent, par toucher un seul œil, avant de contaminer l'autre.
  • Une bactérie qui va venir infecter la membrane muqueuse qui protège l'œil.
  • La conjonctivite d'origine bactérienne atteint, elle aussi, un œil après l'autre. Elle se reconnaît par la présence de sécrétions jaunes et verdâtres au coin de l'œil.

Alerte conjonctivite allergique : traitements et bonnes pratiques

Lorsqu'on frotte, ça pique ! Tout d'abord, fuyez toute tentation de toucher ou de frotter l’œil ou les yeux irrités.

  • Se tenir à distance des facteurs de risques

    Essayez autant que possible d'identifier l'allergène ou le polluant et de le tenir à distance ! Avez-vous changé quelque chose dans votre routine dernièrement ? Utilisez-vous un nouveau savon, une nouvelle crème ? Si vous portez des lentilles de contact, repassez aux lunettes en attendant que les symptômes disparaissent et consultez un ophtalmologiste rapidement en cas de persistance de ceux-ci, car cela peut être plus grave qu’une simple conjonctivite.
     
  • En cas d'atteinte légère, faire confiance au bon sens et à la phytothérapie. 

    Un simple lavage des yeux peut dans un premier temps suffire. Rincez-les matin et soir avec du sérum physiologique en dosettes. Séchez-les ensuite avec des compresses stériles. Puisque nos grand-mères ont (souvent) raison, pourquoi ne pas adopter leurs recettes ? La phytothérapie pourrait être une précieuse alliée. Des plantes comme le thym, l’Euphrasia ou encore l’eau de bleuet, vendues en pharmacie, pourraient vous aider ainsi à faire sa fête à l’effrontée !

Si les symptômes persistent ou se répètent... Parlez-en à votre médecin, un traitement plus global de l'allergie peut alors s'imposer.

Conjonctivite virale et bactérienne : traitements et bonnes pratique

  • Ne pas se frotter les yeux, ni partager de serviette de toilette, votre conjonctivite est hautement contagieuse.
  • Pour éviter que l’intruse ne vienne titiller les deux yeux ou s’éternise, lavez-vous fréquemment les mains, et effectuez un lavage des yeux avec du sérum physiologique matin et soir.
  • Ne pas tenter l'automédication et aller consulter sans tarder.

En cas de conjonctivite bactérienne, l'ophtalmologiste peut prescrire un collyre antiseptique afin de limiter la surinfection. Si la conjonctivite est d'origine virale, un collyre antibiotique sera un moyen efficace d'en venir à bout.

En définitive, la conjonctivite a beau être pénible, elle guérit généralement en quelques jours ! Si les symptômes persistent ou s’aggravent, une consultation chez l’ophtalmologiste ne sera pas un luxe : en fonction de l'origine de votre irritation, il saura vous prescrire le bon antihistaminique, corticoïde ou anti-inflammatoire pour en venir à bout !

CE CONTENU VOUS A PLU ?
5 / 5
26 votes