Comprendre la myopie : définition

On désigne parfois la myopie sous le terme de maladie, à tort, puisque la myopie est simplement un trouble de la vision (aussi appelé « défaut visuel »). Pas de panique donc ! La myopie se caractérise par une vision de près et intermédiaire nettes, du moins si elle est légère, contre une vision de loin floue. Vous pouvez donc lire un livre sans difficulté, et avoir le plus grand mal à déchiffrer les sous-titres de votre série TV sur une télévision qui n’est pourtant qu’à quelques mètres de vous. Rassurez-vous, vous êtes loin d’être le seul : plus d'un tiers des Français est myope [1].

Bien sûr, tout le monde n’est pas myope de la même façon. Il existe plusieurs niveaux de myopie, que l’on mesure en dioptries. Ainsi, on considère :

  • Qu’entre – 0,25 et – 3,00 dioptries, la myopie est légère.
  • Qu’entre – 3,25 et – 6 dioptries, la myopie est moyenne.
  • Qu’au-delà de – 6 dioptries, la myopie est forte.

Quelles sont les causes de la myopie ?

La myopie est due, dans la grande majorité des cas, à un œil trop long. Lorsque vous regardez un objet, l’image se forme normalement sur la rétine, en passant par la cornée et le cristallin. Ces derniers servent de « lentilles » pour créer une image nette sur la rétine. Chez une personne myope, l’image se forme en avant de la rétine, ce qui donne une image floue des objets éloignés. Dans des cas plus rares, la myopie peut être causée par une déformation de la cornée, qui est trop courbée.

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de cette « déformation de l’œil » :

  • La génétique : nous savons aujourd’hui que la génétique est une cause, parmi d'autres, de la myopie. Un enfant dont les deux parents sont myopes aura six fois plus de chances que les autres d’être myope également [2]. Si nous savons qu’il y a une part d’hérédité, l’origine génétique exacte n’est pas encore déterminée, plus de 70 gènes pouvant être impliqués dans la myopie.
  • Notre environnement : selon plusieurs études, le manque d’exposition à la lumière naturelle [3] pourrait perturber la croissance de l’œil et favoriser le développement d’une myopie.
  • Nos habitudes de vie : face à une hausse impressionnante des cas de myopie chez les générations Y et Z, les chercheurs ont également démontré que nos habitudes de vision étaient impliquées dans l’apparition de la myopie. Lorsque nous passons du temps sur un écran (surtout de manière rapprochée), à lire un livre ou à écrire, nous sursollicitons notre vision de près et favorisons la myopie [4]. Ainsi, des études ont montré l’existence d’une « myopie de l’étudiant » qui se déclare plus tardivement que la moyenne. Elle concerne de jeunes adultes, qui deviennent myopes entre 18 et 25 ans, et est observée chez les personnes qui font de longues études. Ce ne sont pas les écrans en eux-mêmes qui sont responsables, mais le temps important passé à travailler dessus qui serait en cause !

En soi, c’est un condensé de tous ces éléments qui provoque la myopie. Avec l’évolution de nos modes de vie, plusieurs études estiment qu’en 2050, la moitié de la population mondiale sera myope [5] (quand on vous disait que vous n’étiez pas le seul !). En 2000, cela ne concernait "qu'un" quart des personnes dans le monde.

Quelle évolution de la myopie ?

Plus la myopie s’est déclarée tôt, vers 6-7 ans par exemple, plus elle risque de progresser. En général, la myopie suit plus ou moins la croissance et se stabilise autour des 25 ans. Cependant, chez certaines personnes, elle peut évoluer jusqu’à 30 ans. On considère que la myopie est stabilisée lorsqu’elle n’a pas bougé durant deux ans d’affilée, contrôle annuel chez l’ophtalmologiste à l’appui.

Chez certaines personnes myopes, la myopie reste évolutive toute la vie, on parle alors de « myopie maladie ». Il s’agit souvent de cas de myopie forte, qui favorise l’apparition de maladies oculaires : glaucome, cataracte, hémorragie de la macula, ou décollement de la rétine. Un suivi rapproché est alors nécessaire.

Comprendre la myopie chez l’enfant

Chez nos chers petits, la myopie peut apparaître dès 6-7 ans. Certains signes ne trompent pas : votre enfant plisse les yeux pour regarder au loin, il se positionne près de la télévision ou tient ses livres très près de ses yeux. La gêne provoquée par la myopie peut aussi causer des difficultés à se concentrer en classe, n’hésitez donc pas à aborder le sujet avec le maître ou la maîtresse de votre enfant.

À ce jeune âge, la myopie peut évoluer rapidement, c’est pourquoi au moindre doute, un contrôle chez l’ophtalmologiste au plus tôt est indispensable. Si votre enfant est bel et bien myope, un contrôle annuel est indiqué pour ajuster la correction. Si vous avez l’impression que sa vue évolue plus vite, vous pouvez prendre rendez-vous tous les six mois.

Bien sûr au quotidien, vous pouvez l’aider à préserver sa vue, avec quelques bonnes habitudes :

  • Limitez le temps que votre enfant passe sur les écrans, et demandez-lui de garder ses distances, notamment de la tablette et du smartphone. S’il est fan de jeux vidéo ou de dessins animés, demandez-lui de faire des pauses régulières.
  • Allez en promenade ou encouragez-le à jouer dehors chaque jour, pour qu’il bénéficie de la lumière naturelle. De nombreuses études indiquent que deux heures passées par jour à l'extérieur peuvent limiter la progression de la myopie chez l'enfant.
  • Pendant les devoirs, incitez votre enfant à se tenir droit et à ne pas trop se pencher sur sa feuille. Son dos l’en remerciera, et surtout, cela évitera d’habituer trop ses yeux à une vision de près.
  • Si votre enfant est myope, demandez à la maîtresse ou au maître de le placer dans les premiers rangs de la classe, afin qu'il ne "force" pas sur sa vision.

En cas de progression très rapide de la myopie chez le jeune enfant

Quand la myopie de votre enfant progresse de plus de 0,5 dioptrie par an, certaines solutions peuvent être envisagées avec son ophtalmologiste. Une étude a mis en lumière l’effet bénéfique du port de verres bifocaux prismatiques (obtenus sur prescription de l’ophtalmologiste).

Leur particularité ? Soulager l’effort d'accommodation que fournit l’œil de l’enfant pour voir de près, grâce à une correction optique spécifique dans le bas du verre, la vision de loin étant par ailleurs corrigée dans la moitié haute du verre. Résultat : après 3 ans de suivi, les enfants équipés avec ce type de verres ont vu leur myopie progresser 51% moins vite que ceux du groupe Contrôle soit une réduction jusqu'à 62% [6] de la progression de la myopie après deux ans de port de ces verres.

Également, il existe d’autres solutions pour ralentir la progression de la myopie, telles que les lentilles ou encore certains collyres médicamenteux (gouttes). Votre ophtalmologiste saura trouver le bon protocole et le bon traitement pour votre enfant. L’espoir est permis !

Trouver un ophtalmo

Que penser du port de lentilles de contact la nuit ?

Un peu partout dans le monde, pour freiner la progression de la myopie, se développe l’orthokératologie. Cette méthode au nom un peu barbare consiste à porter des lentilles de contact rigides pendant la nuit, lesquelles aplatissent légèrement la cornée de l’œil pour réduire temporairement sa courbure.

Solutions, recommandations lorsqu’on est myope

Aujourd’hui, la myopie peut se corriger efficacement par le port de lunettes ou de lentilles. Chez un adulte dont la myopie est stabilisée, la chirurgie réfractive au laser peut être une option. Il faut alors demander l’avis de votre ophtalmologiste pour s’assurer que l’opération est réalisable, en fonction de la santé de vos yeux (sécheresse oculaire, état de la cornée, etc.).

Les personnes myopes doivent effectuer un contrôle annuel chez l’ophtalmologiste, même quand leur myopie n'évolue plus. C’est aussi l’occasion de s’assurer de la bonne santé de vos yeux : en effet, les myopes présentent plus de risques de décollement de la rétine.

Myopes, mais aussi presbytes !

Vous avez entendu dire que la myopie protège de la presbytie ? Faux ! Cette idée reçue est due au fait que les myopes, lorsqu’ils enlèvent leurs lunettes ou lentilles de contact, ont une bonne vue de près. Mais dès qu’ils les remettent, ils se trouvent confrontés pour voir de près aux mêmes difficultés que n’importe qui.

Pour mémoire, la presbytie affecte tout le monde, sans exception à partir de 40-45 ans. La presbytie se manifeste par une difficulté à accommoder, c’est-à-dire à “faire le point” sur les objets à courte distance (jusqu’à 50 cm). Or la myopie présente des symptômes (ou signes) inverses, à savoir la difficulté à voir au loin, tout en maintenant une bonne vue de près ; et avec la presbytie, ce défaut devient un avantage. En retirant ses lunettes, le myope “compense” sa presbytie.

Sa myopie permet donc seulement de tricher un peu, si elle n’est ni trop forte, ni trop faible. Cela peut dépanner occasionnellement, le plus confortable étant d’avoir des lunettes qui permettent de voir net au loin et au près sans avoir besoin de les retirer.

3 idées reçues sur la myopie

Si la myopie est un trouble de la vision chaque jour mieux cerné par les experts, certaines idées reçues perdurent :

  • Les myopes sont plus intelligents que la moyenne : faux. Bon, certes, les lunettes donnent tout de suite un petit air intello, mais malheureusement (pour les myopes) cela n’influe pas sur le QI ou sur les capacités cérébrales !
  • Il faut sous-corriger la myopie pour qu'elle ne s'accentue pas : faux. Sous-corriger la myopie des enfants était une pratique en vogue il y a plusieurs dizaines d’années. On sait aujourd’hui que cela ne rend pas l'œil paresseux, bien au contraire, cela peut même accentuer la myopie.
  • Il existe une épidémie mondiale de myopie : vrai et faux ! Certes le nombre de personnes myopes a augmenté ces dernières décennies, et particulièrement dans certains pays d’Asie, mais on ne peut toutefois pas qualifier ce phénomène d’épidémie à proprement parler, puisque la myopie est un trouble visuel, pas une maladie infectieuse.

[1] Source : Holden et al 2016
[2] Source : Par rapport à un enfant ayant deux parents emmetropes - Pacella R, Mclellan J, Grice K, Del Bono E, Wiggs J, Gwiazda J (1999). Role of genetic factors in the etiology of juvenile-onset myopia based on longitudinal study of refractive error. OptVis Sci.; 76 : 381-386
[3] Source : Sherwin JC, Reacher MH, Keogh RH, Khawaia AP, Mackey DA, Foster PJ (2012). The association between time spent outdoors and myopia in children and adolescents: a systematic review and meta-analysis. Ophthalmology; 119(10) : 2141-51
[4] Huang et al. 2015, Saw et l. 2002 et 2008.
[5] Source : Holden et al 2016
[6] Cheng et al., 2010, 2011, 2014

 

CE CONTENU VOUS A PLU ?
5 / 5
62 votes