Voici ce qu’il faut savoir pour comprendre l'hypermétropie et reconnaître ses symptômes. Qu’est-ce que l’hypermétropie ? Une histoire d’œil court ? Le contraire de la myopie ? Un problème d’accommodation ? On entend un peu de tout sur ce défaut de la vision qui semble bien difficile à cerner… Pour tenter de la comprendre, commençons par expliquer d'où elle vient.

D’où vient l’hypermétropie ?

Pour voir net, l’image des objets doit se former pile sur la rétine, une membrane sensible qui recouvre le fond de l’œil. Chez un hypermétrope, le point de netteté ne se forme pas sur la rétine, mais en arrière de celle-ci. Résultat : sa vision de près est nette, mais demande un effort supplémentaire d'accommodation. En quelque sorte, l'œil se fatigue plus à faire le point pour bien voir. À l’origine de ce souci, on trouve le plus souvent un « œil court » : la distance entre la cornée et la rétine, soit entre l’avant et l’arrière de l’œil, est trop courte.

Dans certains cas plus rares, l’hypermétropie peut être due à un défaut de puissance de la cornée ou du cristallin. L’œil est alors de taille normale, mais sa cornée ou son cristallin présentent une anomalie dans leur forme.

Pourquoi peut-on être hypermétrope et voir net ?

La plupart du temps, l’hypermétropie est naturellement corrigée par un effort d’accommodation du cristallin. Cet organe essentiel de l'œil joue le rôle d'une lentille et modifie sa propre courbure pour faire le point sur l'objet à voir : soit proche, soit loin. Sans vous en rendre compte, vous refocalisez alors l’image sur votre rétine pour la voir nette. L’hypermétropie ne provoque donc pas forcément une « mauvaise vue ». C’est pourquoi de nombreuses personnes sont hypermétropes durant des dizaines d’années sans le savoir. Ce défaut de vision se manifeste en revanche souvent par d’autres symptômes et à partir d'un certain âge.

Comment savoir si je suis hypermétrope ?

Dans le cas d’une hypermétropie faible, l’effort de « mise au point » du cristallin peut être à l’origine d’une fatigue visuelle. Elle peut par exemple se traduire par des maux de tête, des yeux qui piquent, une sensation de tiraillement oculaire ou une sensibilité à la lumière. Ces symptômes apparaissent souvent lorsque l'on pratique une activité sollicitant la vision de près : couture, lecture, travail sur ordinateur, bricolage minutieux…

Jusque vers l'âge de 40 ans environ, la plupart des hypermétropes légers ou modérés jugent leur vue excellente de près comme de loin et n’éprouvent une fatigue visuelle que ponctuellement. Ils ne pensent donc pas forcément à consulter un ophtalmologiste.

Une hypermétropie forte en revanche gêne la vision, et principalement la vision de près. Elle est souvent associée à un strabisme et nécessite alors le port régulier de lunettes de vue correctrices.

Quels sont les différents degrés d’hypermétropie ?

Le degré d’hypermétropie s’exprime généralement par un chiffre précédé d’un signe +. Il s’agit de dioptries correspondantes à la correction nécessaire pour refocaliser l’image sur la rétine :

  • Entre +0,25 et +2 dioptries, l’hypermétropie est considérée comme modérée.
  • À partir de +2 dioptries, et selon l'âge, l'hypermétropie peut demander une correction permanente.

L’hypermétropie à chaque âge

Physiologiquement, la plupart des enfants naissent hypermétropes. Pourquoi ? Parce que leurs yeux n’ayant pas terminé leur croissance, ils sont trop courts. Cette hypermétropie disparaît généralement d’elle-même autour de l’âge de 10 ans et ne se corrige pas. Toutefois, une hypermétropie associée à un strabisme, une différence sensible d'acuité entre les deux yeux (l'anisométropie) ou encore à une fatigue visuelle sera prise en charge et corrigée par des lunettes.

Chez l’adulte, un défaut léger n’est le plus souvent pas corrigé puisqu’il passe inaperçu. Il commence généralement à poser problème à l'approche de la quarantaine.

Pourquoi ? Parce que dès l'âge de 25 ans, le cristallin perd de sa souplesse et la capacité naturelle d'accommodation de l'œil devient progressivement plus difficile. L’hypermétropie est alors « révélée ». L'hypermétrope ne devient pas presbyte plus tôt que les autres, son défaut visuel inhérent se fait sentir en même temps qu'il approche la presbytie.

Comment corrige-t-on l'hypermétropie ?

L’hypermétropie se détecte très simplement au cours d’un examen de la vision de base. L’ophtalmologiste peut alors prescrire des verres de lunettes convergents ou des lentilles de contact pour la corriger. Une correction par chirurgie est également possible. Ce peut être une chirurgie réfractive par laser ou la pose d’un cristallin artificiel. L’objectif est toujours le même : repositionner l’image sur la rétine.

Vous souhaitez en savoir plus sur votre acuité ? Faites-vous une première idée avec notre test de vue et au moindre doute, n'hésitez pas à aller consulter un ophtalmologiste.

CE CONTENU VOUS A PLU ?
0 / 5