La presbytie n’est pas un défaut visuel, mais une évolution naturelle de la vue liée au vieillissement du cristallin. Elle peut être compensée à l’aide d’une correction, ou par chirurgie. Votre ophtalmologiste vous prescrira la solution la plus adaptée à votre cas.

Les lunettes : loupes, verres de lecture, mi-distance ou progressifs

Les loupes, achetées en libre-service en pharmacie ou en magasin généraliste, sont souvent utilisées à l’apparition de la presbytie, mais ne vous attendez pas à ce qu’elles fassent des miracles ! Quand elles les portent de façon prolongée, certaines personnes se plaignent de fatigue oculaire et de maux de tête. Il est donc recommandé de les utiliser de façon ponctuelle et plutôt en dépannage. Autre recours : le verre de lecture, prescrit par un ophtalmologiste. Mais son inconvénient est de n’agir que sur la vision de près. Il vous faudra changer ou enlever vos lunettes pour voir au loin, ou même pour regarder votre écran d’ordinateur. On peut aussi opter pour le verre mi-distance ou à profondeur de champ. Il donne un champ de vision plus étendu que les verres de lecture basiques, permet de voir net de près et tout ce qui est à bout de bras (écran d'ordinateur, par exemple). Deux tiers de Français presbytes ont choisi les verres progressifs plutôt que les verres de lecture, la solution la plus confortable et la plus recommandée par les opticiens. C’est également la plus pratique si vous êtes déjà myope, hypermétrope ou astigmate. Les verres progressifs assurent une correction optimale, quelles que soient la distance de vision et votre activité. Travail sur écran, cinéma ou lecture, plus besoin de jongler avec vos lunettes tout au long de la journée. S’il existe une nette différence de prix entre ces trois solutions, elle se traduit aussi par une réelle différence de performance. La sécurité sociale et de nombreuses mutuelles la reconnaissent d’ailleurs en attribuant aux verres progressifs un remboursement plus avantageux.

Les lentilles de contact

Vous ne supportez pas les lunettes ou pratiquez un sport de façon assidue ? Vous pouvez envisager de porter des lentilles. Il existe des modèles souples ou rigides. Les lentilles monovision corrigent un œil en vision de loin et l’autre, en vision de près. Mais gare à l’adaptation ! Une telle correction demande au cerveau une certaine accommodation. Plus récentes et pointues, les lentilles multifocales concentriques utilisent le principe de la vision simultanée : c’est le cerveau qui fait le tri entre vision de près et vision de loin.
Mais attention : avant d’adopter ces lentilles, mieux vaut être ultra motivé ! La période d’adaptation est souvent longue et peu confortable, et ne garantit pas toujours une bonne vision intermédiaire et en relief. Sachez aussi que le vieillissement de l’œil et la sécheresse oculaire peuvent être une contre-indication ou rendre l’utilisation de lentilles difficile.

Opération : laser ou implants multifocaux

La chirurgie de la presbytie seule est extrêmement rare. L’ophtalmologiste vous la propose le plus souvent lors d’une chirurgie réfractive de la myopie ou d’une opération de la cataracte, généralement après 70 ans. Si vous êtes myope et presbyte, une intervention par laser monovision peut être envisagée. Elle consiste à laisser l’un des deux yeux légèrement myope pour permettre la lecture. L’autre œil est au contraire corrigé pour une vision nette de loin et sans lunettes. Cette intervention s’appelle optiquement « une bascule », ce qui signifie qu’il n’y a plus de vision binoculaire et implique un certain compromis dans votre vision. Seconde solution chirurgicale : lors d’une opération de la cataracte, la pose d’un implant dit multifocal. Il permet de dépanner, de loin comme de près, mais là aussi avec des compromis à faire et selon des critères d’activités et de motivation. Une option à considérer pour la vie quotidienne, mais pas forcément adaptée si vous avez une activité de près régulière et soutenue. Sachez aussi que le bénéfice de l’opération ne sera que de courte durée. La presbytie étant évolutive, surtout au début, tôt ou tard il vous faudra sûrement repasser sur le billard… ou aux lunettes ! Le choix de l’intervention se fera en fonction de certaines indications précises et en concertation avec vous, car elle implique des compromis sur votre qualité de vision. Demandez conseil à votre ophtalmologiste qui vous prescrira la solution optimale pour passer au mieux ce nouveau cap (visuel). Le port de lunettes est une habitude à prendre ! Pour la pratique du sport, pensez à vous équiper de lunettes spécialement conçues, que ce soit pour la piscine, le golf ou la voile. Demandez conseil à vos ophtalmologiste et opticien qui vous orienteront.

CE CONTENU VOUS A PLU ?
3.9 / 5
13 votes