Une migraine pas si « classique »

Comment distinguer une migraine ophtalmique d’un « simple » mal de tête ou d’une migraine ? La migraine ophtalmique est une forme particulière de la migraine dite « classique », et concerne environ 20 % des cas. C’est une crise où la douleur s’installe et peut même durer plusieurs jours. Elle est parfois récidivante, voire invalidante dans la vie quotidienne. Pour la migraine, le premier signe est la douleur, alors que dans la migraine ophtalmique, ce sont les symptômes visuels qui se manifestent en premier, suivis de céphalées.

Des éblouissements et des points scintillants

On parle de migraine avec aura car, à son début, une tache lumineuse se forme devant les yeux. Elle éblouit comme si vous aviez regardé une ampoule allumée. Elle est entourée de lignes en zigzag comme des éclairs ou un kaléidoscope. Des points brillants et scintillants apparaissent aussi au centre du champ visuel. Et se déplacent jusqu’à la périphérie de l’œil. Parfois encore, les objets que vous regardez sont déformés.

Plus rarement, des troubles sensitifs peuvent survenir avant ou après les phénomènes visuels. Ils se manifestent sous la forme de fourmillements ou d’engourdissements progressifs au niveau des doigts ou des mains, mais aussi du visage.

Vous vous demandez ce qui vous arrive ? Ces phénomènes pour le moins surprenants n’ont rien de grave. Typiques de la migraine ophtalmique, ils durent quelques minutes, sont strictement bénins et totalement réversibles. Mais puisque ces troubles peuvent aussi évoquer un AVC, il est recommandé de consulter votre médecin pour écarter tout doute.

Des maux de tête intenses

Les signes visuels parfois s’arrêtent, ici, sans être suivis de maux de tête. Dans les autres cas, c’est après ces premiers signes qu’apparaît la crise migraineuse à proprement parler. Dans la majorité des cas, les maux de tête s’intensifient progressivement avant d’atteindre leur apogée. La migraine se focalise d’un seul côté de la tête, au niveau de la tempe ou derrière un œil. Dans certains cas, vous pouvez aussi avoir l’impression que l’on vous enfonce un clou dans la boîte crânienne ! Il n’est pas rare non plus que la douleur soit accompagnée d’une fatigue et d’une intolérance au bruit et à la lumière.

Des troubles neurologiques

10 à 20 % des cas de migraines ophtalmiques peuvent être accompagnées de troubles neurologiques annexes : une paralysie partielle ou totale d’un côté du corps peut s’installer. Encore plus rares, des troubles d’élocution peuvent apparaître : difficultés à trouver ses mots, inversion des mots ou incapacité à parler. Ces signes ressemblent à ceux de l’AVC, mais à la différence de celui-ci, ils apparaissent progressivement et non brutalement, et surtout, ne sont que transitoires.

Seule une prise en charge médicale et un scanner cérébral saura faire la différence. Il vaut mieux appeler tout de suite son médecin ou le 15 et décrire tous ses symptômes.

Bien qu’elle soit douloureuse et impressionnante, une migraine ophtalmique est la plupart du temps bénigne. Si les crises devenaient régulières et invalidantes, notez leur fréquence et leur évolution, une consultation chez votre médecin généraliste s’impose. Il vous orientera éventuellement vers un neurologue.