Dans les grandes villes, les pics de pollution aux particules fines et à l’azote ont un impact sur les yeux, en agissant sur les muqueuses de contact. Conjugué aux pollens, poussières et moisissures, le risque d’allergies oculaires augmente et avec lui, son cortège de symptômes : irritations, conjonctivites, sécheresse oculaire, gêne visuelle ou intolérances au port de lentilles… si bien que parfois, on parle même d'« allergies oculaires urbaines » !

Hydrater et aérer

Lors de périodes à risques, par exemple en cas d’épisodes de pollution atmosphérique, de pollinisation ou si la climatisation tourne à plein régime, dans une atmosphère sèche, l’œil est exposé à des polluants qui risquent de détériorer la cornée et le film lacrymal. Or, son rôle est des plus essentiels puisqu’il apporte un confort de vision, lubrifie l’œil et prévient toute infection microbienne… Prenez les devants en hydratant au maximum votre œil à l’aide de larmes artificielles ou de sérum physiologique. Pensez aussi à aérer votre intérieur au moins 15 minutes par jour, à ne pas fumer chez vous et à prendre garde aux insecticides, produits ménagers agressifs, vernis ou solvants, véritables polluants pour l’habitat.

Parer aux irritations et à la sécheresse oculaire

Vous ressentez comme des picotements, des brûlures, des lourdeurs au niveau des yeux ? Le syndrome des yeux secs est le principal risque engendré par la pollution. Même si cette affection apparaît bénigne, sachez qu’elle peut nuire à votre qualité de vision. Voici quelques conseils à mettre en œuvre dès que possible :

  • Ne vous frottez surtout pas les yeux
  • N’utilisez ni produit cosmétique ni maquillage si vos yeux sont irrités   
  • Appliquez plutôt des larmes artificielles et des compresses d’eau tiède sur les paupières et à laissez-les reposer quelques minutes
  • Pensez à cligner souvent des yeux
  • Portez des lunettes à l’extérieur pour vous protéger les yeux, plus sensibles au vent et aux fins éléments en suspension dans l’air
  • Investissez préventivement dans des lunettes de confort pour éviter le syndrome des yeux secs.

Éviter les infections de l’œil

La pollution de l’air dans la maison peut également provoquer des conjonctivites et des kératites. Elle peut même accentuer une maladie oculaire existante en détériorant la cornée ou le film lacrymal présent à la surface de l’œil.

Attention, si vous êtes porteur de lentilles : le risque d’infection est plus important. Mieux vaut passer quelque temps aux lunettes en cas de pic de pollution ou durant la période printanière… surtout si vous présentez un risque allergique. Vos yeux vous remercieront !

Si votre oeil est rouge et douloureux, mieux vaut consulter. En attendant le rendez-vous médical, vous pouvez faire des lavages oculaires au sérum physiologique plusieurs fois par jour et utiliser un collyre antiseptique conseillé par votre pharmacien.

Vous pouvez vous informer du niveau de pollution sur le site d’Airparif (www.airparif.asso.fr) ou en consultant les bulletins hebdomadaires du Réseau national de surveillance aérobiologique (www.pollens.fr).