Herpès ou conjonctivite ?

Votre œil est rouge, larmoyant, vous avez dans l’œil comme la sensation d’avoir des grains de sable et votre paupière est plus ou moins gonflée ? Vous avez en plus des petites vésicules rouges autour de l’œil, des picotements et l’impression d’avoir la vue qui baisse un peu… La liste des symptômes est longue et variable ! Vous êtes déjà en train d’appeler votre ophtalmo pour prendre rendez-vous et vous avez raison. Conjonctivite, herpès oculaire, irritation oculaire due à un corps étranger microscopique ? Lui seul pourra poser le diagnostic.

Presque tous concernés

L’herpès est fourbe et peut avancer caché, indépendamment de toute manifestation visible sur telle ou telle partie du corps et sans contact préalable. Il peut remonter à l’enfance et s’être déclenché lors d’une poussée de fièvre, associant un ganglion pré-auriculaire et une conjonctivite. Chez certains il n’y aura pas de suite. Chez d’autres, après cette primo-infection, le virus peut se loger dans les ganglions correspondants à la zone oculaire, attendre son heure et réapparaître plus tard, à l’occasion d’un coup de fatigue, de stress ou autre. Difficile de prévenir donc cet herpès, puisque nous sommes presque tous porteurs de ce virus, mais sans le savoir. L’important est d’être vigilant à sa manifestation ophtalmique.

C'est grave ?

Si l’affection est prise à temps, non. L’ophtalmo prescrit généralement un médicament antiviral herpétique, se présentant sous la forme d’une pommade ophtalmologique, de collyre et ou de comprimés anti-viraux. Mais gare à l’automédication ! N’appliquez jamais, par exemple, un collyre contenant des corticoïdes. Vous risqueriez d’aggraver la situation. 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur http://www.snof.org/encyclopedie/herpès-oculaire.