Difficiles à supporter, les verres progressifs ?

« On m’a dit que j’allais tomber dans les escaliers », « il paraît que ces verres provoquent des nausées, des maux de tête, des vertiges… », « il faut trois mois pour s’y habituer »… halte aux idées reçues !  Les verres progressifs, en permettant de voir net de loin, à mi-distance et de près, sont un peu les « trois en un » de l’optique. En ce sens, il est vrai qu’ils peuvent demander une adaptation différente des autres verres correcteurs. L’œil et le cerveau vont ainsi devoir se coordonner, s’habituer à de nouvelles zones de vision et à leur positionnement sur le verre. Mais rassurez-vous, pour la plupart des gens, le port des verres progressifs se fait de façon toute naturelle. Depuis son invention, le verre progressif n’a cessé d’être amélioré. Les dernières générations bénéficient des technologies les plus technologies les plus avancées, qui respectent encore plus la physiologie de nos yeux et de notre vision naturelle.

Faut-il vraiment changer ma posture?

Non, justement, tout est fait pour que vous gardiez une attitude naturelle, pour que vos habitudes ne changent pas. Ainsi, naturellement, pour voir au loin, vous allez utiliser la partie supérieure de vos verres. A l’inverse, pour voir de près, lire par exemple, vous allez regarder à travers la partie inférieure de vos verres. Pour voir à une distance intermédiaire, l’écran de votre ordinateur notamment, vous utiliserez la partie médiane du verre.

Un exemple pratique : vous conduisez ? La conduite automobile sous-entend d’alterner les zones de vision. Vous allez fixer la route droit devant vous, en utilisant la partie supérieure des verres. Pour vérifier la vitesse sur le tableau de bord, vous regarderez dans la zone intermédiaire du verre. Pour regarder dans les rétroviseurs, vous utiliserez la partie supérieure de vos verres et tournez la tête vers l’un ou l’autre.

Dans quelques rares cas, vous pourrez être amené à modifier légèrement votre position habituelle, comme par exemple :

  • Pour descendre un escalier, avec des verres progressifs, sans vous en rendre compte vous inclinerez légèrement le menton, plutôt que les yeux.  

Il suffit souvent de s’entendre dire ces simples conseils, de les conscientiser, pour s’adapter facilement.

Une patience vite récompensée

Portez vos lunettes en permanence ! D’éventuels problèmes d’adaptation peuvent justement survenir quand notre cerveau et nos yeux doivent s’accommoder en permanence à des changements de correction. Jeune presbyte, plus vous adopterez tôt des verres progressifs, plus cela vous sera facile. Pour les presbytes confirmés, Il est recommandé de faire vérifier sa vue régulièrement chez l’ophtalmo (ou même chez l’opticien, c’est autorisé!) car un saut de correction significatif peut troubler. D’une manière générale, plus la différence de correction entre le haut et le bas du verre est faible et plus il est facile de s’adapter.

Enfin, si vous ressentez une quelconque difficulté d'adaptation et ce, en dépit d'un port régulier, vous pouvez recourir à l'Adaptation Garantie chez votre opticien. Parfois, un ajustement de la position des lunettes suffit à rétablir la situation. Et alors, fini de jongler avec les lunettes, vous retrouvez une vision naturelle et confortable à toutes les distances.

CE CONTENU VOUS A PLU ?
4.2 / 5
11 votes