Depuis quelque temps, vous souffrez des cervicales ou de l’épaule ? Saviez-vous que ces douleurs chroniques peuvent être liées, de façon plutôt surprenante... à un problème de vue ? Vous n’y aviez pas pensé ? Mis à part des maux de tête, une fatigue oculaire, des yeux rouges et qui tirent, certains défauts visuels peuvent se répercuter sur une autre partie du corps et être sources de douleurs chroniques là où l’on ne s’y attend pas : cervicales, épaules, lombaires…

Des troubles pas si anodins

La raison ? Un lien entre vision et posture. Pour nous tenir debout, nous avons besoin de nos yeux. Vous l’avez peut-être déjà observé : nous nous sentons moins stables sur nos jambes lorsque nos yeux sont fermés. Aussi, en présence d’un défaut visuel non – ou mal – corrigé, le corps doit compenser et fournir un effort supplémentaire afin de pouvoir poursuivre l’activité en cours. Par exemple, un défaut d’accommodation ou de convergence peut vous amener à adapter vos posture et port de tête davantage vers l’écran de votre ordinateur ou sur votre magazine pour mieux lire les petits caractères, quitte à engendrer des rotations d’épaule et du bassin ou à crisper les muscles cervicaux. Or, cette compensation est plus ou moins bien acceptée par le corps, et plus précisément, par le système musculo-squelettique. Et quand il arrive au bout de ses capacités d’adaptation, les douleurs apparaissent.

Consulter et adapter sa posture

Si certaines douleurs anciennes persistent malgré une prise en charge médicale, n’hésitez plus. Allez consulter un ophtalmologiste pour un contrôle visuel et, le cas échéant, une vérification de votre correction actuelle. Il est aussi utile d’adopter de bonnes postures au quotidien, notamment devant l’écran. Votre dos doit être bien droit ou à peine en arrière, et soutenu par un dossier, particulièrement le bas du dos. Le fauteuil, réglé pour que les articulations (genoux, hanches et coudes) forment un angle droit. Les pieds sont posés à plat, si nécessaire sur un repose-pieds. La tête reste dans le prolongement de la colonne vertébrale. Prévoyez une distance de lecture confortable, entre 50 et 70 centimètres, et ajustez la hauteur de votre siège. Et mieux vaut installer l’écran devant vous, et non sur le côté… pour prévenir les tensions musculaires en tout genre !

En présence d’un défaut visuel non – ou mal – corrigé, le corps doit compenser et fournir un effort supplémentaire afin de pouvoir poursuivre l’activité en cours.
CE CONTENU VOUS A PLU ?
0 / 5