Consulter pour la presbytie

Vous le savez sans doute : la presbytie s’installe entre l’âge de 40 et 50 ans, via le processus naturel du vieillissement du cristallin. Celui-ci perd une partie de sa souplesse et n’est donc plus en mesure d’assurer la mise au point pour voir de près. L’œil ne parvient plus à restituer une image nette, il faut tendre les bras pour lire les mails sur smartphone, ou encore s’approcher d’une lumière plus vive pour lire des petits caractères. C’est le moment de consulter pour trouver les solutions adaptées à votre vue.

À ses débuts, la presbytie évolue en moyenne tous les ans ou 18 mois ; l'idéal est donc de faire contrôler sa vue régulièrement, être toujours bien corrigé et ne pas changer trop brusquement de correction. Mieux vaut y aller progressivement. Et oubliez les loupes en libre-service, elles ne constituent que des solutions de dépannage.

Testez votre vue
Nos tests interactifs vous donneront un aperçu de la performance de votre vue

Préserver votre capital vue

Vous connaissez le proverbe, mieux vaut prévenir que guérir ! Le check-up de la quarantaine est pour l’ophtalmologiste l’occasion de vous interroger sur vos antécédents familiaux et d’entamer (si vous ne le faisiez pas déjà) une surveillance régulière de votre rétine. À partir de 40-45 ans, il est important de consulter votre ophtalmologiste tous les deux ans afin de détecter d’éventuelles pathologies. Car certaines, comme le glaucome, arrivent silencieusement, sans symptômes apparents ni gêne. Systématiquement, le spécialiste mesurera votre pression oculaire, dont l’élévation est le principal signal d’un glaucome, et examinera votre rétine lors d’un fond d’œil.

Sans doute vous rappellera-t-il également que votre style de vie peut avoir un impact sur le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou de cataracte. L’exposition aux UV sans lunettes filtrantes, par exemple, favorise la survenue de ces affections. Il est également important de protéger vos yeux si vous passez beaucoup de temps sur les écrans. Gardez à l’esprit que la lumière bleu-violet que ceux-ci émettent peut être à l’origine d’une fatigue oculaire. Par ailleurs, les femmes après 50 ans présentent un risque plus élevé de sécheresse oculaire. Aussi, pensez à faire des pauses toutes les 20 minutes et à vous hydrater les yeux, au besoin, avec du sérum physiologique. L’idéal étant encore de porter des lunettes dotées de verres filtrants pour limiter l’exposition à cette lumière bleu-violet nocive. En suivant tous ces conseils, vous devriez passer le cap (visuel) de la quarantaine.