Chez l’ophtalmologiste : un bilan complet de la santé de vos yeux

L’ophtalmologiste est le médecin spécialiste de l’œil et de ce qui l’entoure : paupières, orbites, etc. Il a reçu une formation de base en faculté de médecine durant 6 ans et s’est spécialisé en ophtalmologie 5 ans de plus au minimum. Son rôle ? D’une part, détecter les troubles de la vision et les corriger, en prescrivant des verres correcteurs et des lentilles de contact si besoin. Et d’autre part, dépister les maladies oculaires et les soigner. Certains ophtalmologistes réalisent aussi des interventions chirurgicales : chirurgie de la cataracte, opération de la myopie, ... L’ophtalmologiste suit la santé visuelle de ses patients dans la durée. Si besoin, il peut les orienter vers un confrère spécialisé dans une pathologie oculaire, ou bien dans un type d’interventions spécifique.

Quel examen visuel l’ophtalmologiste pratique-t-il ? 

L’ophtalmologiste pratique un examen médical complet de vos yeux. Une « consultation type », commence généralement par une discussion, que l’on appelle une « anamnèse » en langage médical. Votre médecin vous interroge sur votre histoire familiale pour prévenir une pathologie héréditaire, vos motifs de visite, plaintes et besoins afin de préciser un éventuel trouble visuel. Une baisse de l’acuité visuelle de près peut par exemple traduire une première presbytie, une sensation de fatigue visuelle (au cours d’un travail prolongé sur écran, par exemple) peut être liée à une insuffisance de la convergence.

L’ophtalmologiste va également recueillir vos antécédents médicaux familiaux et personnels. S’ensuit l’examen en lui-même, dont la durée et le nombre de tests varient d’un patient à l’autre.

L’ophtalmologiste mesure votre acuité visuelle en vision de loin sur une échelle d’acuité placée à 5 mètres. Puis il vous présente un test de lecture pour évaluer la vision de près également. Il peut vérifier votre champ visuel en vous demandant si vous voyez son doigt placé sur le côté, ou en haut et en bas dans des positions excentrées. Ce dépistage sera complété d’un examen plus approfondi au moindre doute. 

Pour cela, les échelles les plus utilisées sont l'échelle de Monoyer qui permet de chiffrer l'acuité visuelle de 1 à 10/10 en vision de loin, et l'échelle de lecture de Parinaud pour la vision de près.

L'ophtalmologiste mesure ensuite la réfraction et la courbure de la cornée en utilisant le plus souvent un réfractomètre automatique. Les informations ainsi recueillies sont utiles à la prescription de lunettes, de lentilles de contact, ou pour calculer les caractéristiques d’un implant avant une opération de la cataracte. S’il repère un défaut visuel, il vous fait essayer plusieurs verres correcteurs afin de déterminer les degrés de correction qu’il va noter sur votre ordonnance. Cette étape est indispensable car elle permet de prendre en compte votre avis. 

L’ophtalmologiste peut ensuite examiner les milieux oculaires avec une lampe à fente. Il s’assure ainsi du bon état de votre cornée ou encore de votre cristallin.

Vient ensuite la mesure de la pression intraoculaire, grâce à un tonomètre à air pulsé, qui projette de l’air sur votre œil, ou un tonomètre à aplanation qui fonctionne différemment et nécessite l’instillation d’un collyre anesthésique. S’il le juge utile dans votre cas, l’ophtalmologiste peut pratiquer un examen du fond de l’oeil, qui nécessite généralement l’instillation préalable d’un collyre dilatant les pupilles. Le professionnel examine alors votre rétine et votre nerf optique au microscope en s’approchant très près de votre œil. Cet examen peut provoquer un léger inconfort, mais rassurez-vous, il ne dure que quelques minutes. Si votre examen nécessite la dilatation des pupilles, il est déconseillé de conduire dans les heures qui suivent, vos yeux étant alors plus sensibles à la lumière.

Enfin, des examens complémentaires peuvent bien sûr être pratiqués selon votre âge, le motif de votre visite, votre pathologie oculaire, votre envie de porter des lentilles, etc. Par exemple, pour dépister des anomalies dans la vision des couleurs, notamment le daltonisme, des planches colorées comme le test d'Ishihara sont utilisées.

À la fin de la consultation, l’ophtalmologiste vous remet si nécessaire une prescription pour une correction et / ou un traitement.

À NOTER : votre ophtalmologiste peut déléguer certaines tâches à un orthoptiste. Cet autre professionnel de la vue prend généralement en charge la première partie de la consultation en vous faisant passer une série de tests de la vue. L’ophtalmologiste analyse ensuite les résultats obtenus et rédige votre ordonnance.

Pourquoi faire examiner sa vue chez l’ophtalmologiste ?

  • Il s’agit du seul professionnel de la santé de vos yeux à avoir la formation et le matériel nécessaires pour dépister et suivre des maladies de l’œil : DMLA, cataracte, glaucome… Certaines de ces maladies ne causant aucun symptôme visible à un stade précoce, il est essentiel de les dépister régulièrement, y compris si vous avez l’impression de bien voir.
  • Il peut dépister les problèmes de vue des enfants dès le plus jeune âge.
  • Il est le seul à pouvoir vous remettre une ordonnance, indispensable pour se voir délivrer des lunettes et des lentilles.
  • Il peut suivre les effets de votre maladie chronique (diabète) sur votre vue et sur votre œil (rétine), et coordonner votre prise en charge avec votre médecin traitant et d’autres spécialistes.

Chez l’opticien et l’orthoptiste : une vérification de votre correction pour un renouvellement de lunettes

L'opticien-lunetier est un auxiliaire de santé, diplômé d’une école d’optique. Ses missions se sont étendues ces dernières années puisqu’il peut désormais, à certaines conditions, vérifier votre vue et adapter la prescription de votre ophtalmologiste avant de renouveler votre paire de lunettes. L’orthoptiste quant à lui, est un auxiliaire médical diplômé d’État. Tout comme l’opticien, il est en mesure d’effectuer un contrôle visuel et si besoin de renouveler ou adapter votre prescription, là encore sous certaines conditions.

Quel examen visuel l’opticien ou l’orthoptiste pratique-t-il ? Il s’agit d’une évaluation de l’acuité visuelle et de la réfraction. Son objectif : mesurer le degré de correction dont vous avez besoin pour compenser les troubles visuels tels que la myopie, l’astigmatisme, l’hypermétropie et la presbytie.

Dans quel cas peut-on faire vérifier sa vue chez l'opticien ou l’orthoptiste ? Vous pouvez faire vérifier votre vue par l’opticien ou l’orthoptiste pour renouveler votre paire de lunettes à ces conditions :

Pourquoi avoir recours à l’examen visuel chez l’opticien ou l’orthoptiste ?

Principalement, pour que vos nouvelles lunettes comportent une correction « à jour ». La vérification de la vue chez l’opticien ou l’orthoptiste ne peut remplacer votre visite de contrôle chez l’ophtalmologiste, mais suivre l’évolution de vos défauts visuels entre deux consultations peut être utile. Si votre opticien ou votre orthoptiste relève une évolution de la vue, il en informera votre médecin ophtalmologiste

Par ailleurs, l'opticien réalise également des prises de mesures complémentaires à l'examen de vue, qui lui permettent d'adapter vos verres à votre monture et à votre morphologie : écarts pupillaires, hauteur de centrage, distance de lecture ou encore coefficient tête-œil, selon votre tendance à bouger plutôt les yeux ou la tête quand vous regardez quelque chose. 

Pour savoir à quel praticien vous adresser : Ophtalmologiste, orthoptiste, opticien : qui fait quoi ?

Tester ma vue
CE CONTENU VOUS A PLU ?
4.8 / 5
16 votes