Introduction

Produites par les glandes lacrymales, situées au niveau de la paupière supérieure, les larmes sont issues d’un processus naturel destiné à humidifier la cornée. Cette couche transparente située à l’avant de l’œil joue un rôle indispensable à la vision. Mais quand l’œil pleure de façon excessive et qu’il s’accompagne d’éventuelles rougeurs, démangeaisons ou douleurs, mieux vaut consulter l’ophtalmologiste pour avoir un diagnostic sûr et bénéficier du traitement adapté.   

Les causes les plus courantes du larmoiement

Un larmoiement important provient toujours d’un déséquilibre entre les larmes sécrétées et les larmes évacuées. Plusieurs causes sont possibles :

  • L’obstruction du canal lacrymal qui est imperforé, étroit ou bouché empêche les larmes de s’évacuer. Fréquente chez les bébés, cette pathologie survient aussi parfois chez les adultes. Conjonctivites récurrentes, traumatisme facial ou blessures au visage et rhinites allergiques peuvent l’expliquer.   

  • L’hypersécrétion est une production excessive de larmes par irritation. En cause : pièce enfumée, maquillage de mauvaise qualité, allergie, inflammation, infection oculaire (conjonctivite, kératite) ou présence d’un corps étranger dans l’œil.    

La sécheresse oculaire ou le syndrome des yeux secs peut être paradoxalement responsable d’un larmoiement excessif. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette sècheresse, parmi lesquels l’environnement (air trop sec, enfumé ou climatisé), la prise de certains médicaments, le port de lentilles ou encore la chirurgie de l’œil après une intervention au laser sur la cornée ou une opération de l’oeil. Les personnes âgées peuvent être sujettes aussi à ce trouble à cause d’un relâchement des tissus de la paupière, appelé savamment entropion ou ectropion.

Quel traitement contre le larmoiement ?

La réponse varie bien entendu en fonction de la cause du larmoiement. Une obstruction du canal lacrymal du nouveau né guérit spontanément dans 90% des cas, aidé par un massage si besoin. Mais un sondage du canal lacrymal, voire une intervention chirurgicale, est parfois nécessaire. Cette dernière consiste à poser un tube en silicone pour déboucher le canal lacrymal. Si l’obstruction est temporaire et causée par une infection, la prise d’un traitement anti-infectieux en vient rapidement à bout.

Le larmoiement est lié à une augmentation de la sécrétion de larmes par irritation ? L’ophtalmo vous prescrira un collyre et le problème devrait être résolu en quelques jours.  

Enfin, parfois de simples règles d’hygiène de vie devraient vous aider à réduire le larmoiement dû aux yeux secs : limiter la climatisation ou le chauffage, boire de l’eau en quantité suffisante, s’instiller des larmes artificielles.  

Dans tous les cas, mieux vaut ne pas jouer à l’apprenti médecin et vous soigner vous-même ! Seul l’ophtalmo peut convenir du traitement, au cas par cas, après un diagnostic individualisé.

CE CONTENU VOUS A PLU ?
4.2 / 5
175 votes