Pourquoi surveiller si tôt ?

Mieux vaut prévenir que guérir ! Si beaux soient les yeux de votre enfant, son système visuel n’est pas totalement mature à la naissance et évolue au fil des mois. Lors d’un dépistage précoce, le pédiatre recherche essentiellement une éventuelle amblyopie chez votre enfant. Ce trouble visuel, qui touche environ 3%, de la population infantile peut être réversible avant 6 ans.

L’amblyopie, aussi appelée syndrome de « l’œil paresseux », est souvent due à un trouble visuel qui affecte un œil en particulier et entraîne l’absence de développement de sa vision. L’autre œil voyant le plus souvent normalement, votre enfant ne se plaint de rien, d’autant plus qu’il est tout petit. Si le pédiatre observe une anomalie, il vous orientera vers le spécialiste, un ophtalmologiste, qui prendra en charge votre enfant à ce moment-là. Plus l’amblyopie est détectée et prise en charge tôt, plus il est facile et rapide de la traiter.

Comment se passe l’examen ?

Qu’il ait 8 jours, 4 mois, 9 mois ou 2 ans, toutes les conditions sont réunies pour que votre enfant soit le plus détendu possible. L’ambiance est calme, la lumière, douce. Les plus petits peuvent être examinés dans les bras ou sur les genoux de leurs parents. Le pédiatre, ou l’ophtalmologiste après indication du pédiatre, expose l’œil de l’enfant à la lumière et observe son comportement. Le test est réalisé sur les deux yeux, puis sur chaque œil séparément. Cela ne fait pas mal, c’est juste surprenant pour lui au début.

Au fil des mois, l’examen dure plus longtemps, car les tests d’acuité visuelle sont un peu plus nombreux. Un petit conseil : n’hésitez surtout pas à arriver à la consultation avec le maximum d’informations susceptibles d’aider le pédiatre dans son examen. Évoquez d’éventuels antécédents familiaux de strabisme, de myopie sévère ou précoce, etc… Dites-lui si votre tout-petit est né prématuré, poids plume ou s’il plisse les yeux pour regarder.

Et après ses 2 ans, je fais quoi ?

8 jours, 4 mois, 9 mois et 2 ans, ce sont les âges auxquels une surveillance systématique est recommandée chez le pédiatre. En cas de doute ou de problème, il vous adressera à l’ophtalmologiste pour un examen plus approfondi.

Quand tout se passe bien, on ne consulte le spécialiste que pour les 6 ans de l'enfant, juste avant son entrée à la grande école. Mais on reste vigilant, et au moindre doute, on n’hésite pas à consulter un ophtalmologiste car les troubles visuels chez l’enfant sont souvent difficiles à détecter !

CE CONTENU VOUS A PLU ?
5 / 5
19 votes