Les verres limitant les reflets, indispensables !

Tous les conducteurs prenant la route de nuit ou dans la semi-obscurité doivent composer avec l’éblouissement des phares, les phénomènes de réverbération et de dédoublement d'images. Mais ces désagréments sont encore plus prononcés chez les porteurs de lunettes de vue. Pour ces derniers, il est indispensable d’adopter des verres avec un traitement antireflets, qui diminue l’effet de halo lumineux produit par l'éclairage public, ou par les véhicules arrivant en sens contraire. Si vous êtes très gêné pour conduire la nuit et que vous avez du mal à percevoir les contrastes, il est possible de porter des verres avec une teinte légèrement ambrée. Cela renforce les contrastes et évite l’éblouissement. Attention, il faut savoir qu’avec l’âge, la récupération des fonctions visuelles après un éblouissement est de plus en plus lente.

Vous n’êtes pas seul sur la route ! Veillez à ne pas éblouir les autres automobilistes et n’utilisez vos feux de route (pleins phares) que si vous ne croisez aucune voiture.

Myopie nocturne : un danger pour soi et pour les autres

Vous avez l’impression de moins bien voir la nuit ? Ce n’est pas impossible ! Attention à la myopie nocturne, qui touche plus particulièrement les 20-40 ans. Que vous soyez myope ou pas, la nuit, la pupille s’élargit et le cristallin met plus de temps à accommoder. Quand la lumière faiblit, l’acuité visuelle peut diminuer de 1 à 3 dixièmes. Le champ visuel est rétréci, la vision des contrastes et des couleurs s’atténue et l’appréciation du relief est perturbée.
Sachant que les phares ne projettent qu’un étroit faisceau de lumière sur une distance de 100 mètres environ, mieux vaut être vigilant en maintenant une distance de sécurité et en adaptant votre vitesse.

À l’arrivée de la presbytie, optez pour les verres progressifs

À partir de 45 ans, tous les porteurs de lunettes deviennent, en plus, presbytes. Pour bien voir à n’importe quelle distance, en conduite de jour comme de nuit, ces conducteurs devraient adopter au plus vite des lunettes munies de verres progressifs pour être à l’aise aussi bien dans la surveillance des rétroviseurs et du tableau de bord (en vision de près et intermédiaire) que dans l’observation au loin, sur la route.

Notez qu’il existe des verres progressifs spécifiquement conçus pour la conduite : ils permettent de faciliter l’accommodation des yeux de près, puis de loin, dans un champ de vision très large. Demandez donc conseil à votre opticien !

Pour la sécurité de tous, il faut veiller à faire vérifier sa correction visuelle, tous les 3 à 5 ans avant 42 ans, puis tous les deux ans après. On estime en effet que 20 % des conducteurs circulent sans la correction visuelle dont ils ont besoin.

Notez que les motards pourront associer au traitement antireflets de leurs lunettes de vue, un traitement antibuée.